Camping Le Paradise

Saint Tropez. Paysage digne des plus belles cartes postales. Venez passer un été de folie au camping Le Paradise
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Holiday & Come back (R)

Aller en bas 
AuteurMessage
Max Austin

Max Austin

Nombre de messages : 48
Age : 28
Humeur : I'm happy to find my holidays' friends again!
Date d'inscription : 21/04/2008

Summer Attitude
RelationShip:
Are you relax ?:
Holiday & Come back (R) Left_bar_bleue100/100Holiday & Come back (R) Empty_bar_bleue  (100/100)

Holiday & Come back (R) Empty
MessageSujet: Holiday & Come back (R)   Holiday & Come back (R) EmptyVen 25 Avr - 23:22

Holiday & Come back (R) 60 Holiday & Come back (R) 50

"take a breath - make it deep
cause it might be the last one you get
be the last one
that could make us cold
you know that they could make us cold
I'm always gonna worry about the things that could make us cold"



« Oh Happy Day! Oh happy day! »


Le sable chaud s’affaissait sous les pieds d’un jeune garçon blond, au teint déjà bronzé. Vêtu d’un maillot short, qui tombait sur ses genoux, et d’un débardeur très serré, sur son torse joliment dessiné, et tombait par-dessus une chaine en argent, au pendentif légèrement doré. Les mains dans les poches, le regard rivé devant lui, le jeune homme marchait sur la plage, au gré du vent. Il était tôt, beaucoup trop tôt pour un dormeur de première classe comme Max, mais pour une fois, il n’avait plus sommeil, et s’était mis en tête de faire un tour. Il ne rencontrerait personne, c’était sur, sauf peut être des tarés qui essaieraient de surfer ici… Maxxie chantonnait on ne savait pourquoi, mais il avait l’air heureux d’être en vacances, ça paraissait nettement, et pourtant quelque chose l’embêtait au fond de lui-même. Ce n’était pas rien, mais ce n’était pas non plus quelque chose de grave, et pourtant, cela sortait de la bouche de son père, son géniteur dirait-il, pour cause de nombreuses disputes…Et toujours Nicolas et lui étaient au centre des disputes. Nicolas, l’arme de son père, était ses résultats au tennis…Dès qu’il perdait, son père l’accusait d’être mauvais, on ne pouvait pas dire que c’était la mort, d’ailleurs Nicolas passait outre, mais pour Max, il l’accusait d’être homosexuel, ou plutôt une tarlouze comme son père dirait. Il lui répétait sans cesse qu’il était maniéré, et qu’il n’était pas viril, ça blessait profondément Max, qui depuis quelques semaines, ne voulait plus voir son père, sa mère en avait profité pour leur donner, à ses fils, de belles vacances dans ce camping qui leur changerait les idées. Max avait trouvé l’idée géniale, mais une amertume régnait quand même, surtout depuis que son frère avait décidé, de venir simplement une semaine, et de repartir après sauf si quelque chose d’autre que sa famille le retenait. Max aimait la solitude parfois, s’évader, était un moyen de décompresser comme un autre, la plupart du temps, il dessinait, mais aujourd’hui, il n’avait pas forcément envie. Sa petite marche effectuée, il demanda à un passant l’heure, bien sur ce nigaud n’était pas fichu d’être agréable, et lui signifia qu’il n’avait qu’à s’acheter une montre. Pauvre garçon…Il était en vacances et était désagréable, c’était tout bonnement incroyable. Il retourna à sa caravane, où son frère venait de se lever, et s’ennuyant, il lui proposa un tennis. Au départ, Max n’était pas vraiment pour, vous savez, son frère l’écrasait en moins d’une demie heure, alors il accepta à une seule condition :

« Je dis oui, si tu joues de ta mauvaise main ! »

Son frère haussa les épaules en lui signifiant que c’était pareil, car un joueur de classe mondiale, pouvait même l’écraser sans raquette. La bonne blague ! Ils enfilèrent des shorts plus adaptés, l’un étant en maillot short, tandis que l’autre était en caleçon, et mirent tous deux un t-shirt blanc, mais ils le savaient pertinemment, ils finiraient par jouer torse nu. Nicolas était plus âgé que lui, il était un grand adulte, et avait tellement plus de force que lui, pourtant, il paraissait chétif. Une fois sur le court, les deux garçons enchainèrent quelques frappes, bien évidemment, l’un se déplaçait plus vite que l’autre, inutile de préciser qui… Au bout d’une heure de jeu, et de quelques spectateurs, le score était conséquent : Un beau 6/1 dans la vue, après un échauffement assez long.


« T’es un sale tricheur Nico ! »
-Moi tricher ? Dis plutôt que t’es tellement lent que tu vois pas la balle, t’as failli repartir à bicyclette !
-La célébrité te monterait elle à la tête frangin ?
- Si tu veux tout savoir la petite blonde là bas n’est pas venue pour tes beaux yeux, mais parce que je joue bien, même de ma main gauche !
-Menteur, tu changes pour finir le point à chaque fois !
-Mauvais perdant !

Et c’était ça avoir l’âge adulte ! De vrais gamins, mais c’était assez bien que les deux frangins tentent de se retrouver. S’asseyant pour boire un coup, ils discutèrent quelques secondes, tous les deux torses nus, comme on l’avait prédit. Ils rirent bien, et ensuite, Nicolas se leva, et rangea ses affaires, ce qui laissa interloqué le jeune cadet, qui lui demanda où il allait, il lui répondit qu’il n’allait nulle part, mais que c’était lui qui devait aller voir ses amis ici, parce que s’il ne faisait pas le premier pas, il allait tous les perdre. Nicolas était-il malade ? Mais Max ne lui tint pas tête, et d’un sourire, il lui donna raison, s’empressant d’aller voir la première personne qui lui venait à l’idée, la jeune Téo. Ca faisait tout un été qu’ils ne s’étaient pas vus, ça commençait à faire long, mais tout le monde avait ses habitudes ici, ils ne les perdraient certainement pas, ou ça serait un drame pour les deux, d’oublier leurs parties de jambes en l’air. Car on pouvait dire que la relation qui unissait les deux jeunes était complexe. D’une part, Téo avait officiellement un copain, d’une autre part, tous deux amis, se plaisaient à toujours se casser, se blesser gentiment, mais au final l’un des deux était blessé, et c’est alors qu’à la surprise générale bien sur, durant cette dispute, ils en venaient à coucher ensemble. Ca faisait rire le blondinet, qui se rendait compte du nombre de fois où ils l’avaient fait. Le pauvre Cohen, Zachary de son prénom, devait passer pour un con. Mais ne croyez pas qu’il y ait une once de sentiments en eux, ou alors Max et Téo cachaient extrêmement bien leur jeu. Il n’y avait pas vraiment de l’affection, juste du sexe.

Bref, le jeune homme d’un pas lent, transpirant légèrement, se dit qu’il valait d’abord mieux passer par les douches. Il en prit une douche rapide, vérifiant que son frère ou une quelconque autre personne ne trainait pas ici, pour lui piquer sa serviette, il n’avait pas le temps de rentrer à son bungalow, et avait emprunté le savon à quelqu’un. Une fois la douche finie, il sortit, et se rendit au bungalow 2 qui était bien celui de Téo, si ses souvenirs étaient bons. Le ridicule ne tuait pas, il se foutait bien de se tromper. Alors il frappa à la porte du bungalow, et tout frais tout propre, il attendit patiemment, son t-shirt posé sur son épaule encore humide. Mais il doutait soudainement, revenir comme une fleur, ce n’était pas forcément la meilleure des choses à faire, mais en même temps, son frère lui avait dit, qu’il fasse le premier pas. Il se jurait de lui casser la gueule d’ailleurs, si elle l’avait oublié !


[Désolée c'est vraiment pourri, mais je suis over mega fatiguée! Je ferais mieux au prochain! Embarassed ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Téo McDonald
Hot as a Chips Shed
Téo McDonald

Féminin Nombre de messages : 482
Age : 26
Holiday's Love : This fuckin' and so lovely boy, Zac . But, maybe there is some more ?
Emplacement : Bungalows, which one ever ? I'm gonna be allowed to sleep with a sexy guy (a)
Humeur : Better than a hamburger, Sweetie .
Date d'inscription : 21/04/2008

Summer Attitude
RelationShip:
Are you relax ?:
Holiday & Come back (R) Left_bar_bleue10/10Holiday & Come back (R) Empty_bar_bleue  (10/10)

Holiday & Come back (R) Empty
MessageSujet: Re: Holiday & Come back (R)   Holiday & Come back (R) EmptyDim 27 Avr - 17:47

[ Ton post était génial I love you Par contre moi je suis rouillée, déjà mes trois premiers étaient merdiques total, encore un et promis ce sera super (a) ]

Holiday & Come back (R) Csarcasmattack3pngxf2

If you want my body and you think I'm sexy
Come on, sugar, let me know
If you really need me just reach out and touch me
Come on, honey, tell me so



La journée de Téo avait pour ainsi dire très mal commencer – on ne peut pire, même . Il y a des jours comme ça, avouons-le, on l’on ferait de mieux de rester le nez sous la couette duveteuse jusqu’à ce que le soleil se couche, dans l’attente d’une meilleure perspective des prochaines vingt quatre heures . Mais non, TMD n’était pas le genre de fille à glandouiller passivement chez elle, attendant comme une idiote que quelqu’un daigne égailler son quotidien – en plus, sa vie était loin d’être morne et triste . Mais c’est un fait, quand il pleut dehors, que vous devez sortir achetez un truc existentiel – genre le dernier numéro de Runway – et que vos cheveux fraîchement lissés frises sous les gouttes d’eau, ce n’est pas la joie . Alors imaginez arriver à la presse, trempée comme une soupe et gelée jusqu’aux os, pour finir par vous rendre compte que dans ce bled paumé il ne vende même pas de magazines de mode . Heureusement pour elle, ce n’est pas le scénario catastrophe qui était arrivé à la demoiselle McDonald – elle se serait probablement jetée du haut d’un pont sinon . Non pas que la belle brunette ait un côté suicidaire – quoique, jouer avec le feu en trompant ouvertement son adorable petit ami dont elle est folle au sein d’un camping select est assez barge comme idée – mais la jeune fille avait besoin, pire, dépendait de ses foutus journaux people . Une pile de magazines bristols était toujours posée sur son chevet, et elle en avalait une quantité délirante chaque jour afin d’être au meilleur de sa beauté et au maximum de la mode . Pas un seul livre de grands auteurs n’avait sa place sur le haut de la table de nuit de Freckles, qui privilégiait les photographies des tenues de la saison à venir plutôt que les extraits emmerdants au possible de Baudelaire – mais rassurez-vous, en tant qu’étudiante à Oxford, la belle possédait une culture incroyable et un savoir exorbitant . Bref, il avait suffit à Téo de se lever pour être certaine que la journée allait foirer . Tout d’abord, des nombreuses douleurs courbaturaient le corps de la jeune héritière – elle avait fait l’amour toute la nuit avec Zac et avait probablement cassé une des lattes du lit King size dans un excès de zèle (a) . Bref, elle n’avait même pas pris la peine de s’habiller pour aller jusqu’à la cuisine – après tout, Cohen connaissait son corps dans les moindres détails . Et là, le jeune jardinier libidineux qui taillait les hortensias face au bungalow 2 – exercice qu’il exécutait en gros dès que Téo rentrait au domicile – la mata ouvertement . Dimples se félicita d’avoir ses jolis rideaux en fils de soie importés de Turquie pour la protéger des regards de pervers du personnel inconscient, et fila aussitôt dans sa chambre, attrapant au passage une petite culotte en tulle beige pailletée et un simple Marcel avec push-up intégré Delilah de couleur argentée . La belle posa alors son parfait fessier galbé sur le canapé, et prit le temps de regarder les dessins animés comme une gosse de riches, un bol de céréales aux fruits exotiques à la main .

Comble de la malchance pour elle, son cartoon préféré ne passait pas ce jour-là – celui avec une minuscule fée pour héroïne, qui sauve le monde et devient reine de beauté après avoir épousé un roi enchanté malgré sa petite taille – et elle fut contrainte de regarder ces conneries monumentales de Tom & Jerry, ou quoi que ce fut, comme si elle avait encore l’âge de faire ses dents sur un hochet . Zac dormait à point fermé, c’est pourquoi Téo décida de ne pas s’habiller, de ne pas bouger du tout, bref de passer sa fin de matinée à régner comme une princesse sur le mobile home du couple . Après avoir passé en boucle toutes les chaînes que proposait la télévision locale – y comprit celle en allemand, polonais, espagnol et italien – la jeune fille envoya valser la télécommande sur le sol, action qui réveilla miraculeusement Capitaine Avoine, encore assoupi . Bordel, il fallait toujours que le matin où elle ait un peu de temps à passer sans soupirer devant le petit écran, les feuilletons français soient d’un ennui aussi mortel que Saint Tropez déserté . Zac se leva, enfila un boxer au cas où le jardinier aurait des tendances bi’, accourue jusqu’à sa dulcinée qu’il embrassa lentement, accompagné par la musique pseudo-romantique des Feux de l’amour, merde intersidérale que proposait gentiment un des canaux horaires .

« J’ai rendez-vous pour une leçon de calligraphie, j’me suis dit que ça pourrait m’aider pour ma BD à venir, dans les bulles de SuperVorx et tout et tout . Tu viens avec moi mon cœur ? »

« Sans façon . »

« C’est quand même toi qui m’a donné envie de dessiner : ma copine est un modèle de superhéroïne super canon, il faut bien l’avouer . »

« File, tu vas être en retard . »

« Je t’aime, Téo . »

Tout en conversant avec sa parfaite petite amie, Zac avait enfilé un jean Diesel et son polo Ralph Lauren bleu ciel favori . Il prit rapidement une paire de chaussures italiennes confectionnés par Dolce&Gabbana, ainsi qu’une pochette emplie de feuilles Canson et de tout un tas de feutres, encres, crayons et craies de couleurs, puis sortit en souriant à TMD, la laissant seule dans le grand et spacieux bungalow . Restée assise sur le sofa, une jambe croisée sur l’autre, la belle réfléchit aux possibilités qui s’offraient à elle . Elle pouvait très bien appeler sa folle et néanmoins fantastique cousine Drew, histoire d’inonder avec elle pour la seconde fois de leur courte existence une maison roulant . Non, mauvaise idée en vérité : Téo risquerait de ne plus pouvoir approcher un bassin après un second traumatisme aussi grave . Elle pensa alors à téléphoner vite fait à sa meilleure amie Holly, qui ramènerait son beau petit cul deux secondes plus tard pour aller faire les boutiques avec son égoïste et froide BFF . Et puis elle se souvint alors que la jeune Weller passait la journée avec sa casse-cou de petite sœur, une illuminée fumeuse de marguerite aux cheveux noir de geais . Il ne lui restait donc plus qu’à s’habiller, pour aller trouver au choix a) Tammy, son amie et confidente b) Zac, dans son cours de dessin merdique et ultra ennuyeux – quoique, il était super sexy quand il se concentrait c) une des jumelles Johnson d) Hannah, qui était son amie et compatriote de duo e)n’importe quel gars baisable avec qui elle pourrait flirter et concrétiser . Tellement de possibilités pourtant si banales saoulaient Téo, qui décida de se préparer et d’improviser sa journée en chemin . C’est donc sur cette note d’intelligence pure que la demoiselle fila dans la douche, où elle resta environ une demie heure, temps minimum pour ‘exfolier, se laver, se parfumer, se gommer et tout ces trucs qu’elle pratiquait à outrance – hormis le Kama-Sutra (a) Elle sortit au bout du temps imparti sans lequel elle n’aurait plus d’eau chaude, et s’enroula dans une moelleuse serviette de coton mou Dior, siglée à ses initiales de star . Elle passa toutes les pièces jusqu’à la chambre sur la pointe des pieds, et contre toute attente et comme l’aurait fait toute personne normale, elle commença par se sécher les cheveux . Le bruit de l’appareil lui niquait ses divines oreilles de bombe ornée de diamants Cartier, et c’est avec un soulagement énorme qu’elle termina l’action, ses cheveux désormais soyeux et brillants, tombant en de belles boucles anglaises sur ses épaules . Elle fouilla ensuite tout son placard, perchée sur le bord du lit, en équilibre telle une funambule, et attrapa au pif mais avec un goût très certain des sous-vêtements Hanky Panky – un soutien-gorge bleu nuit en satin orné d’un flot rose pâle, ainsi qu’une minuscule culotte légèrement volantée et assortie mettant ses formes parfaites en valeur . C’est à ce moment précis que la sonnette retentit . Si c’était encore cet espèce de pervers castrée de jardinier, qui tentait une approche déguisée en parlant des tulipes musquées qui bordaient l’allée, Téo était prête à lui envoyer sa plus belle paire d’escarpins Jimmy Choo aux talons vertigineux en pleine gueule . Elle marcha lentement jusqu’à la porte, sans même prendre la peine de regarder par le trou de la serrure ou quoi – elle avait déjà vu des mauvaises blagues suite à ça dans les films – et ouvrit . La seule perception de l’invité mystère qu’elle avait eu était une tignasse blonde, elle supposa donc qu’Holly s’était libérée pour elle . Sans prendre la peine de vérifier qui était là, Téo se retourna et fila jusqu’au canapé sur lequel elle s’assit, limite à poil toujours (a) . Et là, choc GALACTIQUE . Ce n’était pas Holly, mais cet abruti pour lequel elle se damnerai, j’ai nommé Max .

« Alors comme ça, t’es de retour ? J’avoue que ton absence au pot d’accueil m’avait laissé supposer le contraire . Quel est le but de ta visite, cette fois ? T’as jamais été désintéressé quand il s’agi de moi . »

Voix froide, posée, littéralement hautaine et pourtant suave et sexy, limite allumeuse . Ca faisait un an que Téo n’avait pas entendu parler du jeune homme, et voilà qu’il se pointait comme une fleur . Pourtant, avec sa gueule d’ange, on ne pouvait rien lui refuser . Elle fixa le jeune homme avec ses grands yeux noisettes de Bambi, tirant presque sur le vert sous la lumière du soleil, et leva la tête de façon purement sarcastique . Elle était là, assise en sous-vêtements, curieuse de savoir ce qu’il ferait face à un canon pareil . Il était revenue la voir, après une année entière durant laquelle il aurait pu l’oublier simplement . Il voulait forcément quelque chose, à moins d’être totalement gay ou stupide .

« T’as de la chance que Zac soit pas là, pas sûre qu’il aurait apprécié ta visite surprise . »

_________________
Holiday & Come back (R) Rachelbilsonchocolateedqw0
Everything © Maccaron, my beloved wonder
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Max Austin

Max Austin

Nombre de messages : 48
Age : 28
Humeur : I'm happy to find my holidays' friends again!
Date d'inscription : 21/04/2008

Summer Attitude
RelationShip:
Are you relax ?:
Holiday & Come back (R) Left_bar_bleue100/100Holiday & Come back (R) Empty_bar_bleue  (100/100)

Holiday & Come back (R) Empty
MessageSujet: Re: Holiday & Come back (R)   Holiday & Come back (R) EmptyMar 29 Avr - 14:00

Du haut de sa petite taille, car il n’était pas taillé comme certain, et d’ailleurs, il enviait tous ces connards qui faisaient un minimum un mètre quatre-vingt cinq, il faisait quelques pas de gauche à droite, non content de ce qu’il venait de faire, c'est-à-dire de sonner à la porte du bungalow de la jeune fille avec qui il s’entendait plutôt bien au départ, mais où été née une ambiguïté folle, qui avait permis à ces deux jeunes de s’envoyer en l’air plus d’une fois. Pensant à tout ça, il nia de la tête, se disant qu’il avait encore eu une idée de merde, et qu’il ferait mieux de se casser, mais alors qu’il s’empressa de faire demi-tour, la porte s’ouvrit, laissant place à personne. Il était possible qu’elle attende quelqu’un, et qu’elle ait pensé que c’était cette personne, et non lui, il le savait que sa visite ne lui ferait certainement pas plaisir, mais il se devait de lui présenter ses excuses. Trop tard pour renoncer, il remonta les petites marches du bungalow, en faisant claquer ses tongs, et entra, en poussant doucement la porte, la fermant avec délicatesse derrière lui. Il regarda un moment la disposition du bungalow, toujours la même, rien n’avait changé depuis l’année dernière, il sentait toujours cette ambiance pesante, qui se délivrait dans la toute fin de sa venue à chaque fois, pour ainsi dire, il n’était quasiment jamais à l’aise avec elle, sauf l’un sur l’autre dans le lit, c’était assez problématique, car il hésitait très souvent, et elle avait nettement l’ascendant sur lui. Il cherchait des yeux, sans trop se montrer, où elle pourrait se trouver, mais il la vit dès qu’il se retourna, elle était tout simplement sur le canapé, enroulée dans une serviette, ce qui fut assez embarrassant pour lui, même s’il l’avait vu de nombreuses fois à poil. A ce moment de la journée, en short, et torse nu, il n’avait qu’une envie, étriper son frère, non pas pour la vue, qu’elle lui offrait, non ça serait être complètement déplacé d’en vouloir à Nicolas pour ça, mais tout bonnement pour son conseil qu’il aurait du se garder pour lui. Il allait faire quoi maintenant, Max face à elle ? Il avait l’air d’un pauvre cruchon tout droit sorti de la douche, c’était ni plus ni moins ça. Lorsqu’il arriva devant la jeune femme, il fixait avec soin derrière elle, pour ne pas qu’elle puisse l’accuser d’une quelconque perversion, on ne savait jamais, il n’était pas à l’abri de cela. Il n’osait affronter son regard tandis qu’elle lui balançait des paroles, et qu’il se mit à réfléchir, pensant déjà à la réponse. Son corps tout entier frémissait, il ne pouvait plus reculer, c’était trop tard, il était dans l’arène, pour affronter la reine (a). Bouche fermé, le regard bifurqua sur les yeux de la jeune femme, il tirait une gueule étrange, comme prêt à lui balancer des insanités, et pourtant, il ne daignait ouvrir la bouche, sa respiration était nette, mais pas des plus fortes, et son regard bleu allait et venait dans la maison. Les mots de la jeune fille pesaient lourd sur la conscience du jeune Austin, qui pourtant, ne semblait ni être démonté, ni fâché, mais très sérieux. Pour une fois, il était prêt à aller au conflit, sans pour autant faire, ce qu’il avait prévu de faire, c'est-à-dire s’excuser. Les bonnes paroles de son frère s’envolaient maintenant, elles n’existaient plus, il se retrouvait en face de la jolie brune, prêt à parler. Il aborda sa réponse d’un ton froid, et dur, tout comme elle au final.

« Oui je suis de retour, que ça te plaise ou non d’ailleurs, comme toutes les vacances. Mon absence au pot d’accueil, ne te regarde pas forcément, mais si tu veux vraiment savoir, c’est tout simplement parce que mon frère en a marre de la routine, et qu’il préférait que l’on passe du temps ensemble plutôt que d’aller à ce stupide pot d’accueil dont certains sont plus que fans… »


Il marqua un temps d’arrêt, il était bien parti, mais il commençait à bloquer, sur la fin de sa phrase. Comment allait-il justifier sa visite, si le but n’était pas de s’excuser ? Trouver une excuse bidon ? Non elle n’était ni dupe, ni bête, elle allait forcément comprendre, qu’il essayait de dissimuler la chose. Si seulement une chose dans la maison aurait pu l’aider ! Euréka, il n’avait qu’à prétexter qu’il ne trouvait plus un t-shirt, qu’il avait mis quand ils s’étaient vus ! Non…Trop bête…Au bout d’un an ça faisait trop long. Rien ne lui venait en tête, et il fallait faire vite, alors, il opta soudainement pour la solution de dernière minute à savoir, le jeu des questions.


« Faut-il vraiment une raison pour venir te voir ? »

Reprenant confiance en lui, il finit par affronter le regard de la belle ténébreuse jeune femme, et la fixa un instant, sans arrière pensée, ni bonne pensée d’ailleurs, non il repensait toujours à leurs rencontres, pourquoi celles-ci démarraient toujours mal, pour finir bien, et puis s’éclipser comme si de rien n’était ? Il ne savait pas du tout. C’était troublant que Téo, s’amuse à tromper son copain, régulièrement et que pourtant elle ne veuille pas le quitter. Max n’était pas non plus amoureux, mais pas indifférent, car il est vrai, que s’ils venaient à se mettre ensemble, il ne supporterait évidemment pas que la jeune femme fasse la même chose avec Max, qu’avec Zachary. Peut être qu’il était tout simplement aveugle et amoureux, pour ne pas voir que sa copine s’envoyait toujours en l’air avec le premier venu. Penser au premier venu, lui fit croire un instant qu’il n’était qu’un jouet, et peut être cela allait perdurer dans sa tête, c’était vrai, il n’était rien d’autre qu’une distraction, alors pourquoi vouloir s’excuser ? Il n’y avait donc aucune raison à cela non plus. Trop de questions semblaient déconnecter le jeune Austin, qui n’avait plus ouvert la bouche depuis sa minutieuse tirade. Revenant à lui, il entendit alors les paroles de Téo, qui lui faisait mesurer sa chance, il ne manquait plus que Zachary débarque ! Mais ironiquement, il se plut à lui répondre :

« C’est marrant, il est tellement jaloux qu’on a même plus le droit de voir ses amis ! Et puis avoues-le, tu adores quand ton copain n’est pas là ! C’est pas toi qui le trompe à tort et à travers ? »

Enfin il avait des cartes en main. Jouer sur le côté trompeur, était peut être la meilleure chose à faire pour lui, il n’excellait pas dans ce domaine, mais pouvait donc facilement tenir Téo, jusqu’à ce qu’elle explose, et là il aurait gagné. Les mots étaient une arme que le jeune homme ne maitrisait pas forcément bien, il n’y avait qu’à simplement voir comment il se comportait avec son frère, il n’avait jamais le dernier mot. Il n’était pas un de ces gars que tout le monde adulait par leurs caractères si bouillonnants et si forts, non Max paraissait frêle à côté d’eux, et ça avait toujours été le cas malheureusement pour lui, son père n’était pas un modèle de muscles ambulant, et sa mère était petite et fragile. Seul son frère sortait du lot, il était grand, mais frêle, pourtant sa musculature était bien belle, toute en longueur, due au Tennis, et ça c’était un plus, qu’une nouvelle fois, Max n’avait pas. Toujours debout, il semblait fatiguer dans cette position, tandis que la belle, se tortillait sur son canapé bien moelleux, et il l’enviait. Sentant tout de même une mauvaise ambiance, qui régnait dans le bungalow, il avait deux choix, soit la laisser tranquille et ne plus jamais venir la voir, soit tout avouer, car cette ambiance le mettait encore plus que d’habitude peu à son aise. Max prit alors l’initiative de tout avouer pour en finir, certes, il était faible, mais comment faire autrement ? Il ne supportait pas l’idée qu’elle lui fasse la gueule durant quelques temps, pire, il avait des regrets concernant son absence, et de ne pas avoir donné de nouvelles, mais avant tout cela, il voulait absolument qu’elle lui dise d’abord :

« Dis-moi Téo ! Tu me reproches de ne pas avoir donné de nouvelles pendant un an, mais pourquoi toi non plus tu n’en as pas donné ? Tu sais ça doit marcher dans les deux sens une amitié… »

Amitié avait été un mot plus que dur à prononcer, car il était conscient que ce n’était que du sexe qu’il y avait entre eux, et elle pouvait même le faire mentir, en disant qu’il n’y avait aucune amitié entre eux, de toute manière les dés étaient jetés. La réponse de Téo lui faisait peur, si bien, qu’il se passa une main dans les cheveux, pour les remettre en place rapidement, et tenter de s’occuper, et il ajouta ensuite terriblement vite :

« En fait Téo j’étais venu pour m’excuser. »

Ca y est il l’avait dit, il ne pouvait plus rien faire à présent, les mots étaient une arme, mais en guise de défense contre des mots, il n’y avait rien d’autre qu’eux même, et parfois votre défense pouvait voler en éclats plus facilement que vous ne le pensiez. Prends garde petit Max, la jeune McDonalds a plus d’un tour dans son sac, et tous tes mots ne seront que piètre défense face à une étudiante d’Oxford, qui arrive à tout tourner à son avantage, et qui n’a évidemment pas la langue dans sa poche.

Max attrapa alors son t-shirt qui se trouvait sur son épaule, et en profita pour le remettre. Ce n’était pas pour lui enlever la vue sur ses formidables abdominaux (a), mais pour paraitre certainement plus sérieux qu’il devait l’être quand il était torse nu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Téo McDonald
Hot as a Chips Shed
Téo McDonald

Féminin Nombre de messages : 482
Age : 26
Holiday's Love : This fuckin' and so lovely boy, Zac . But, maybe there is some more ?
Emplacement : Bungalows, which one ever ? I'm gonna be allowed to sleep with a sexy guy (a)
Humeur : Better than a hamburger, Sweetie .
Date d'inscription : 21/04/2008

Summer Attitude
RelationShip:
Are you relax ?:
Holiday & Come back (R) Left_bar_bleue10/10Holiday & Come back (R) Empty_bar_bleue  (10/10)

Holiday & Come back (R) Empty
MessageSujet: Re: Holiday & Come back (R)   Holiday & Come back (R) EmptyVen 2 Mai - 20:27

Quel jeu au monde est plus satisfaisant et facile que celui des questions en guise de réponses ? Aucun . Ce petit passe-temps est d’une telle paresse que Téo n’en usait jamais vraiment, sachant tellement bien tirer profit d’une situation, en retirer le meilleur et profiter des ses charmes et attributs – autant mentaux que physiques, n’oublions pas malgré l’apparence de mannequin de la belle qu’elle étudiait à Oxford et avait eu sa première année en cinéma audiovisuel haut la main . A peine avait-il pénétré la pièce que Max – d’ailleurs, son vrai prénom c’était Maximilian ou Maxwell ? – avait commencer a esquiver la moindre pique de la petite bombe par un pseudo-retournement de situation bien tenté dans l’absolu mais plutôt banal et mal joué face à une adversaire telle que la jeune cheeseburger . Cette dernière avait percé la tentative de sauvetage du jeune homme dès les premières lueurs de réparties, et ce leur raté avait à vrai dire assez amusé la demoiselle McDonald . Il était là, à se pavaner comme un paon en pensant l’impressionner, et cette allure fière déchaînait presque intérieurement la passion de Téodora . Malheureusement, elle avait eu suffisamment d’hommes dans son lit pour s’être forgé une expérience concrète, et savait pertinemment comment agir face à chaque personne . La belle brunette était comme un caméléon : muable, adaptable à chaque situation, capable de se fondre dans un décor en moins de deux pour ensuite surgir de l’ombre et dévorer la mouche bienveillante – au fond, elle était « tellement superficielle, religieusement cruelle » . Amusée au possible par tout ce remue-ménage sans grand intérêt et qui se terminerai inévitablement par une sauterie générale, TMD esquissa un sourire du coin des lèvres, tentant de ne rien laisser paraître . Le grand-père de Zach’, ce bienveillant et énormément regretté Walt Disney, détenteur de l’empire gargantuesque du même nom, avait un jour dit à Téo la chose la plus intelligente qu’elle ait jamais entendu . Il ne connaissait pas la petite diva depuis longtemps mais lui avait confié, comme si de rien n’était, que « l’arme la plus redoutable des femmes est sans aucun doute leur mensonge . A faire tout croire quand il n’y a rien, et rien croire quand il y a tout, elles trompent le monde et se jouent de nous . Cette épée fera d’elle le nombril du monde . » Et depuis, l’hypocrisie et les faux-semblants, autant que la froideur, la suffisance et le mépris étaient devenus une partie du credo de Miss BigMac . Le vieil homme désormais disparu avait d’ailleurs beaucoup appris à Téo, qui appréciait l’homme à sa juste valeur et non pas pour la fortune qu’il représentait . Dès le début de l’idylle Cohen/McDonald, il avait cru en leur amour et avait donné une chance à la petite New-yorkaise aux manières de californienne . Pour ça, la belle lui en serait reconnaissante ad vitam aeternam, comme on dit .

« Je ne te mentirai pas en affirmant que ton retour me comble de joie, désolée Maxxie . Et personne ne sait mieux que moi à quel point ton frère aime briser la routine, on l’a un peu cassé ensemble hier soir sur la plage – si tu vois ce que je veux dire, et je suis certaine que oui . »

C’était parti, départ des hostilités . Téo avait ouvert le feu en attaquant Max dès son arrivée, mais elle n’était clairement pas du genre à attendre patiemment que l’équipe adverse ouvre le feu et nous prenne par surprise . Elle préférait de loin être la première à ouvrir le bal, et entraîner les autres dans la danse à sa suite – que de jolies métaphores (a) A vrai dire, elle s’était lentement échauffée, mais le départ cinglant du jeune Austin avait mis la demoiselle en appétit – Dieu seul sait à quel point une bonne bataille de mots méchants, cassants et brûlants la rassasiait . Elle se releva légèrement sur son canapé duveteux rembourré grâce à des plumes d’oie noire importées de Suède – encore un truc qui coûtait les yeux de la tête, comme chaque possession de la belle . Les plumes s’entassaient suavement sous son adorable fessier travaillé continuellement et à présent parfait . A travers les légères fissures entre les rideaux en fils de soie qui ornaient la fenêtre derrière l’écran plasma de la jeune McDonald, Téo pouvait voir cette idiote de Grace Langton sortir de son foutu bungalow décoré à l’anglaise – c’est-à-dire over chargé et sans aucun goût – et emprunté l’allée pour se rendre au bar . Bien sûr, elle n’avait pas bouffé l’emploi du temps de sa voisine et n’avait aucune certitude dans cette pensée, mais l’aristocrate schizophrène passait sa vie assise sur un tabouret à descendre kir royal sur kir royal jusqu’à être trop ivre pour pouvoir mettre une ballerines Lanvin lamée bronze devant l’autre sur le chemin du retour . Le pire était sans doute que cette nunuche sainte-nitouchisée était persuadée que son alcoolisme passait aussi inaperçue qu’une anorexique au défilé Karl Lagerfeld . Grossière erreur, c’est clair . Le camping tout entier était au courant des descentes légendaires de la sylphide brune en matière de vodka orange, et le personnel du bar avait été averti de la résistance extrême qu’avant la proche de la famille royale face aux multiples cocktails colorés si délicats et alcoolisés du club . Rien qu’à voir la démarche de Grace, attifée comme l’as de pique en total look Burberry de la collection d’hiver, on pouvait facilement deviner qu’elle s’était affalée sur son canapé auparavant, matant une émission débile comme Pop Idol à la télé, une bière bas de gamme du Proxy à la main . Suer sophistiqué comme mode de vie, y’a pas à dire .

« Hum, en général, on vient aux putes pour se faire sucer . Mais je vois que t’as plus d’estime à mon égard que ça, alors non, pas besoin de raison pour m’aimer . »

Réponse absolument incongrue, telle le paradoxe complet qu’était TMD . Les hommes ne viennent pas louer les services d’une prostituée par amour, sa tirade était donc d’une ambiguïté totale . Mais en revanche, elle n’était quand même pas une catin puisqu’elle ne faisait pas payer ses services – faute de quoi elle serait encore plus riche, nymphomane avertie et experte en Kama Sutra comme elle était – et ne pouvait donc pas être nommée officiellement comme telle, bien que ce mot soit dans tous les esprits . Téo était pour chacun aussi glaciale, cynique, cassante, paradoxale, égoïste et narcissique qu’infidèle, et ces traits étant dominant dans son caractère . La réplique sans sens de Max avait pourtant quelque peu heurté la sublime créature, qui commençait à sentir l’eau dans le gaz – et la partie de jambes en l’air venir . Sa remarque à propos de la nuit qu’elle avait passé avec le frère de Max avait du clairement faire bouillonner ce dernier . D’abord parce que Téo était sa partenaire sexuelle, et ensuite parce que cette dernière avait assouvi les fantasmes de son frère . C’était le jeune homme qui avait trouvé la belle brunette sur la plage il y a deux soirs de ça . Elle était seule sur l’étendue déserte de sable fin, et lui avait ressenti un profond besoin d’engager la conversation . Une chose en amenant une autre, il était d’abord poliment resté assis à côté d’elle, puis lui avait susurré des mots doux à l’oreille en lui prêtant sa veste, tout ça pour finir par la réchauffer grâce à la chaleur de son corps (a) – comportement tellement typique des sportifs soit dit en passant . La tension montait lentement, et la blondinet avait l’air super sexy quand il contenait sa colère, ses mâchoires contractées et ses tablettes de chocolats saillant . Tout bien réfléchi, c’était sûrement un des détails qui poussait Téo à coucher avec Max lorsqu’ils se disputaient : plus il était en colère, plus il était craquant .

« La jalousie est une preuve d’amour, et Dieu seul sait à quel point Zachary m’aime . Je pense que t’en as autant conscience que moi . J’aime Zac’, mais avoue aussi que tu me détesterais si je demandais sans cesse sa présence . Quand pourrais-je être à TOI dans ce cas ? Tu m’adores, ne dis pas le contraire . »

Une des particularités de Téo était sa façon de parler . Elle ne s’exclamait jamais, mais ne laissait peser aucune suspension, aucune interrogation, aucun suspens . Elle coupait froidement et terminait d’une façon hautaine et là encore très prétentieuse ses phrases, sans jamais laisser d’autres possibilités de conclusion . Elle affirmait, les autres s’inclinait . Cette personnalité hors du commun lui avait valu le titre de présidente du comité des fêtes et des élèves, de délégué de la classe, de reine du lycée au bal de fin d’année et de capitaine de pom-pom girls – beaucoup de titres honorifiques pour une si petit canon . Jouer sur le côté trompeur de la belle était sûrement un bon plan , mais c’était sans compter sa volonté de reprendre les cartes en main pour gagner la partie . Contrairement à Max, les mots étaient une arme que maîtrisait parfaitement Téo, et elle s’en servait pour dominer le monde – elle ne se contentait jamais de gagner, elle avait un besoin vital d’écraser et de pulvériser chacun des êtres qui constituaient son royaume . Elle ne manquait pas de répartie, et aussi minime soit la longueur de ses monologues, ils étaient toujours on ne peut plus cassants . Fort heureusement pour Freckles, Mère Nature avait mis une multitude de cordes à son arc, chacune étant comme une bombe nucléaire ou arme de destruction massive . Maxxie s’attendait à ce qu’elle fasse preuve d’intelligence et utilise son esprit aussi aiguisé et tranchant qu’une lame de couteau pour le maîtriser et le réduire à se merci . Hors elle allait jouer cartes sur table, utiliser une stratégie qui avait fait ses preuves et faire un coup de maître en règle . La petite reine se leva, ses délicats sous-vêtements de marque moulants son corps à la perfection . Vous l’aurez compris, elle compatit utiliser ses attributs de femme et s’armer de sa plus précieuse épée, son corps de déesse . Elle s’approcha de se démarche onduleuse jusqu’au jeune homme, et s’arrêta à quelques centimètres seulement de lui . De sa place actuelle, elle pouvait ressentir chacun des battements du cœur du bel Austin, et sentit se respiration . Les boucles brunes de la belle effleuraient le visage de son compère, et elle leva ses yeux émeraudes sur son visage angélique .

« Mais es-tu vraiment certain que nous sommes amis ? Et au fond, est-ce que tu veux vraiment ? Je ne le pense pas, sincèrement . Pour ce qui est des nouvelles, je me suis fait mystère . Et regardes, le désir est de plus en plus au rendez-vous . C’est ma stratégie . Tu ne peux pas attraper l’essence même du rien, Maxxie . »

Parfois, Téo était évasive et un peu comme une brise légère . Des dizaines d’hommes avaient essayer de l’avoir pour eux seuls . Mais au fond, était-il vraiment possible d’emprisonner la jeune héritière ? Celle-ci posa délicatement une de ses mains sur les abdominaux parfaits de Max’, leva la tête une unième fois vers lui et le dévisagea . Elle ôté ensuite ses fins doigts et les ramena vers son dos à elle, dégrafa avec une expérience agile son soutien-gorge et le laissa tomber à terre dans un murmure de soie monogrammée à peine audible . Elle sentit son cœur battre la chamade . Au fond, les hommes étaient tous les mêmes . Comme ils le lui répétaient toujours, elle était une reine, une princesse, le plus pur des diamants et le plus désirable des félins . Max n’échappait pas à la règle, il avait forcément envie d’elle . Une petite part de Téo avait envie qu’il soit revenu pour lui avouer ses sentiments, pour lui dire à quel point il était fou amoureux d’elle . Elle désirait que cet événement se produise pour donner un sens à leur relation sexuelle, pour justifier sa tromperie envers son bien-aimé Zac . Mais il n’était pas là pour ça . Téo attrapa la main de Max et entremêla leurs doigts, sourit et ajouta .

« Excuses acceptées . Moi j’ai ma méthode personelle pour me faire pardonner . »

Elle sentit la main libre de Max effleurer sa poitrine, et rit . Les dés étaient lancés . Comme l’avait pensé le jeune étudiant, TMD n’avait rien d’une perdante et pouvait tout tourner à son avantage . Tout, sans exception .

_________________
Holiday & Come back (R) Rachelbilsonchocolateedqw0
Everything © Maccaron, my beloved wonder
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Holiday & Come back (R) Empty
MessageSujet: Re: Holiday & Come back (R)   Holiday & Come back (R) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Holiday & Come back (R)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [ Vasque sculpturale ] Back par Meneghello Paolelli
» bubble back ?
» [Fading Suns] War In The Heaven - Back from Daïshan
» Bienvenue salaun holidays !
» Identifier sa ZENITH Rainbow FLY-BACK ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Camping Le Paradise :: Emplacements :: Bungalows :: B2-
Sauter vers: