Camping Le Paradise

Saint Tropez. Paysage digne des plus belles cartes postales. Venez passer un été de folie au camping Le Paradise
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Quel plasir de te revoir. On fait la même chose ? [ <3 ]

Aller en bas 
AuteurMessage
Kimberley O'Connor

Kimberley O'Connor

Féminin Nombre de messages : 160
Age : 23
Holiday's Love : Franchement, j'ai vraiment autre chose à faire. Je n'ai pas besoin de cette... 'chose'.
Humeur : Fine, thnks. Mateooo, where are youu ? (a)
Date d'inscription : 22/04/2008

Summer Attitude
RelationShip:
Are you relax ?:
Quel plasir de te revoir. On fait la même chose ?  [ <3 ] Left_bar_bleue80/100Quel plasir de te revoir. On fait la même chose ?  [ <3 ] Empty_bar_bleue  (80/100)

Quel plasir de te revoir. On fait la même chose ?  [ <3 ] Empty
MessageSujet: Quel plasir de te revoir. On fait la même chose ? [ <3 ]   Quel plasir de te revoir. On fait la même chose ?  [ <3 ] EmptyJeu 1 Mai - 14:18

Quel plasir de te revoir. On fait la même chose ?  [ <3 ] 10mu4
To hold you,
Enfold you,
Never enough,
Render your heart to me.
All mine,
You have to be.


FLASHBACK

Voici Kimberley O’Connor, jeune et jolie petite fille riche célibataire qui ne cherche pas l’amour. La jeune Anglaise était à ce moment-là en train de se promener dans sa ville natale, j’ai nommé Londres. Cette si grande et belle ville était un endroit parfait pour dîner un beau soir d’été où on pouvait se promener en tee-shirt sans prendre froid. Il se faisait tard, et la faim se fit sentir dans le ventre de la jolie mannequin. Et c’est là que, comme par magie, un restaurant super chic et super classe apparut. En fait, il n’est pas apparut comme par magie, il était déjà là hein. ‘Chez Donatello’s’. Pas mal, non ? Je sais ce que vous pensez, ‘tiens, c’est le nom d’un Tortue Ninja’, ben oui, qu’est-ce que vous voulez. Le restaurant était très beau, et les serveurs étaient fort sympathiques. D’ailleurs, un serveur très charmant accompagna Miss O’Connor jusqu’à une jolie petite table. La jeune femme était très polie, alors elle le remercia en lui rendant son sourire charmeur. Elle attrapa la carte, et commença à regarder ce qu’elle pouvait bien manger quand elle leva ses yeux de la carte pour admirer un très beau jeune homme assis à une table en face d’elle. Il avait un charisme fou et un regard éblouissant. Elle n’arrivait pas à détacher son regard, mais quand le jeune homme regarda autour de lui, elle baissa si rapidement les yeux qu’il n’aurait jamais pu voir qu’elle l’observait. Mais à un moment, elle sentit qu’il la regardait, et c’est à ce moment-là qu’elle balança ses cheveux en arrière. Puis elle leva doucement son regard pour se plonger dans le sien. Mais, tout à coup, elle se leva de sa chaise de manière sensuelle et se dirigea gracieusement vers les toilettes tout en regardant le jeune homme, qui comprit les intentions de Miss O’Connor.

Quelques minutes plus tard, Kim sortie la première, et s’assit à sa place comme si de rien n’était. Le reste du dîner, elle ne regarda presque pas le bel inconnu. Encore une de ses techniques. Mais quand elle eut fini de manger, elle paya l’addition, mais ne sortit pas tout de suite du restaurant. Elle se dirigea à la réception, et demanda le plus gentiment au charmant serveur si il pouvait lui donner le prénom du jeune homme assit à la table qui était en face de la sienne. Le serveur était tellement charmé qu’il ne lui fallut que deux minutes pour le savoir.

« Il s’appelle Luka. Luka Stevenson. Vous désirez autre chose mademoiselle ? »

Kim le remercia et partit en direction de la sortie en lui envoyant un baiser de loin.

FIN DU FLASHBACK

Le camping ‘Le Paradise’ était tout simplement parfait. C’était extrêmement luxueux, et tout le monde pouvait venir. Kimberley Ann Lydia Mercedes June O'Connor – rassure-vous, la belle ne se présente jamais de la sorte – venait depuis maintenant neuf ans dans ce merveilleux camping, et ne s’en lassait jamais. Elle avait rencontré des tas de personnes ici, comme Téo, son alter égo par excellence, avec qui elle adorait parier, surtout sur Mateo. En parlant de Mateo, Kim faisait des paris sur lui pour voir jusqu’à où elle irait avec lui. Pour l’instant, elle ne fait que l’allumer, mais elle sait qu’il en meure d’envie, alors elle le fait languir juste pour s’amuser. Le jour où elle décidera que ce sera le bon, ce sera parfait. Parfois, il faut savoir faire languir les hommes. Il y avait aussi Grace, une Anglaise dont elle avait entendu parler plusieurs fois, et qu’elle aurait aimé rencontrer, ce qui se passa. Et le fils du propriétaire, Nathan, mais lui n’avait été que le guide lorsqu’elle était venu pour la première fois. Kim était de ce qu’on peut dire une fille assez populaire dans ce camping, et elle savait le montrer. Elle faisait fantasmer beaucoup de personnes du sexe masculin, et cela lui plaisait. C’était une genre de peste, mais avec un bon fond. Mais ce bon fond était bel et bien tout au fond de son cœur.

Ce soir-là, il faisait bon, et Kim voulait pour une fois, manger au restaurant du camping. Elle mangeait souvent en ville, mais cette fois-ci elle ne le voulait pas. Elle avait enfilé une robe noire décolleté dos nu, et paraissait extrêmement chic et sexy à la fois. Avait-elle décidé de se le jouer femme fatale ? Peut-être, mais pour qui ? Car elle n’avait rendez-vous avez personne. Elle marcha d’un bon pas vers le restaurant, et croisa quelques visages connus en chemin. Mais elle ne s’arrêta pas vraiment, elle avait faim. Elle était quand même humaine. Le restaurant n’était pas plein, mais il y avait quand même pas mal de personnes. Kim les connaissait presque tous. Mais à vrai dire, Kim connaissait presque tout le camping et ses ‘campeurs’. La grande blonde aux yeux turquoises s’assit à une jolie petite table et commença à regarder le menu. Mais une silhouette d’homme arriva et vint s’asseoir en face d’elle. Kim ne releva pas les yeux, mais elle savait qui était-ce. Alors elle prit la parole en première, sans relever les yeux.

« Je ne m’attendais pas à revoir ce visage que j’ai tant regardé lors de notre rencontre. Bonsoir Luka. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luka Stevenson

Luka Stevenson

Nombre de messages : 123
Age : 28
Date d'inscription : 27/04/2008

Summer Attitude
RelationShip:
Are you relax ?:
Quel plasir de te revoir. On fait la même chose ?  [ <3 ] Left_bar_bleue5/10Quel plasir de te revoir. On fait la même chose ?  [ <3 ] Empty_bar_bleue  (5/10)

Quel plasir de te revoir. On fait la même chose ?  [ <3 ] Empty
MessageSujet: Re: Quel plasir de te revoir. On fait la même chose ? [ <3 ]   Quel plasir de te revoir. On fait la même chose ?  [ <3 ] EmptyJeu 1 Mai - 16:49

Luka en avait assez de tenir tête à son malheureux père qui pensait déjà continuer sa belle vie, en faisant des vacances en ‘famille’ avec sa nouvelle femme, et sa fille, en comptant bien sur Luka. Cette invitation soudaine alors que le jeune homme rentrait de Manchester comme chaque week-end sauf que là, il avait brillamment fini sa deuxième année, et qu’il rentrait pour enfin se reposer, et comble pour lui, on lui demandait déjà de repartir. Ca l’avait évidemment froissé, et ça avait fini en un coup de poing dans le visage de Luka, par son père, tout ça à cause d’un manque de respect du plus jeune des Stevenson. Alors il avait continué d’emmerder son père, en prétextant une gastro, mais son père lui avait lancé un ultimatum il avait deux jours pour les rejoindre au camping. Mais Luka n’allait pas aller au clash une seconde fois, toutefois, il s’accorda le plaisir de rester encore deux jours à Londres. Justement ça tombait bien, Wayne, un ami à lui, lui proposait de manger au restaurant Donatello’s entre amis. Il accepta volontiers, cependant connaissant Wayne, ce n’était pas un restaurant de second choix, il prit donc le soin de ne pas paraitre trop mal habillé, mais ne porterait pas non plus un costard cravate, il n’était pas là pour ça. Vêtu donc comme à la ville, c'est-à-dire un jean délavé, mais pas déchiré, un t-shirt blanc au col en V, et une veste Noire de Manchester au col blanc, accompagnés de converses, il prit la voiture, car le restaurant était assez loin de chez lui, et il partit. Quand il arriva, il gara la voiture au mieux, et il rentra, demandant à la réception si son ami était arrivé, et on lui désigna la table où il était d’ailleurs assis. Son ami, se leva le prenant dans ses bras, et lui demanda de s’installer. Tandis qu’on lui donna gentiment la carte il remercia poliment le serveur d’un signe de tête, et Wayne et lui discutèrent de tout et de rien. Plongé dans la carte, il n’avait pour le moment pas remarqué qu’une jeune fille le regardait, et il se mit soudainement à rire en voyant certains noms donnés aux pâtes, il aimait bien plaisanter sur tout et rien. Soudainement, Wayne lui dit qu’il avait en tête ce qu’il voulait manger, Luka se sentit donc obligé de chercher un serveur pour le faire venir, mais ne le trouvant pas, il regarda à droite et à gauche, pour tenter d’en attraper un. Finalement, las de chercher, il reporta son attention sur une jeune femme d’une très grande élégance, au charme fou, assise en face de lui. Des cheveux parfaitement soyeux, dorés, des yeux envoutants qui feraient craquer n’importe qui, et Luka avait succombé au charme de la demoiselle, semblant même ne plus écouter son ami, qui finit par le remarquer.

« Luke ! Tu ne m’écoutes plus ! »
Se retournant, il comprit bien vite pourquoi, et ajouta à l’attention du jeune serbe :
« Toi aussi t’es tombé dans le panneau de la véritable bombe de la ville ?
- Tu la connais ?
- Oui bien sur tout le monde ici la connait, elle se nomme Kimberley O’Connor, elle vient très souvent ici.
- Je te jure, c’est la première fois que j’ai une sensation étrange comme ça, elle a un truc cette fille, elle a la classe, elle…vient de me faire du…charme. »
Dit-il en ouvrant la bouche doucement, puis conscient de sa bêtise il la referma rapidement, son ami se retournant discrètement, et l’avertissant déjà :
« Un conseil Lou’ ! Evites de t’approcher un peu trop d’elle, les gens m’ont dit qu’elle prenait et qu’elle jetait, et qu’elle s’amuse avec les gens !Euh Attends là Luka tu vas où ?
- Je vais aux toilettes !»

Dit-il avec grâce et un large sourire sur les lèvres, tout simplement parce que la jeune femme lui avait fait comprendre certaines choses en se levant admirablement de sa chaise, sensuelle, et débordante d’envie, ça se sentait. Se levant rapidement pour la suivre, Wayne le regarda en soupirant, il était tombé dans le piège de mademoiselle O’Connor, peut-être allait-il s’en mordre les doigts, ou peut-être pas. Mais Luka la faisait longue, il ne revenait pas si bien que Wayne dut commander pour lui, tandis que Lulu était dans les toilettes des filles qu’ils avaient bloqués, très occupé en compagnie d’une sublime créature, en la personne de Kimberley. Sans se connaitre, sans savoir la moindre chose, l’un de l’autre, il se passa ce qui devait arriver, à savoir un court instant de plaisir mutuel, une poussée d’adrénaline comme on faisait de mieux. Et les soupirs finirent par cesser… Avant de sortir, Kimberley vérifia si la voie était libre, toujours aussi radieuse, peut être même plus, tandis que Luka se remettait le t-shirt, puis sa veste, et lui semblait au contraire, essoufflé, son teint avait étrangement rosi, et il dut réfléchir à un stratagème pour sortir. Quand elle fut sortie, il soupira un grand coup, puis ouvrit très rapidement la porte, courant aussi vite qu’il le pouvait vers la porte d’en face, à savoir les toilettes pour hommes. Pas de chance, un homme s’y trouvait, il dut alors faire semblant de se laver les mains ou quoi, mais l’autre ne lui adressa pas même un regard, tant mieux ! Il se sécha ensuite rapidement les mains, et sortit, en toussant légèrement en passant devant la jeune fille, ce qui ressemblait plutôt à un raclement de gorge, puis il revint s’asseoir devant un plat fumant comme si de rien n’était sous le regard amusé de son camarade. De temps à autres alors qu’il continuait à parler, il jeta des regards vers la blondinette, mais elle ne semblait plus daigner lui adresser le moindre regard, il n’en saurait pas plus. Quand elle s’en alla, il fit de même regardant la jeune femme s’en aller s’attardant sur ses formes avantageuses se mordillant légèrement la lèvre, puis il finit son repas regardant l’heure, horrifié. Il devait prendre l’avion dans seulement une heure ! Il était à la bourre.


Voilà que la semaine au camping se passait outrageusement mal, il n’y avait rien qui y faisait, Luka avait besoin de s’isoler, de passer à côté de l’ambiance familiale, car il ne se sentait pas concerné, sa famille, était déjà décédée…Par sa faute, par sa venue au monde, et recomposer une sorte de famille, n’était pas pour lui, il faisait comme on dit, un net blocage. Le temps était tout aussi beau que lui (a), peut être avec un détail en moins, c'est-à-dire le bronzage, mais Luka n’était pas quelqu’un qui à l’image d’un portugais prenait une teinte chocolat, non il était plutôt du genre à avoir seulement un léger hale sur la peau qui lui allait très bien, mais il fallait pour cela qu’il daigne fréquenter son ami le soleil. Il passait ses journées enfermé dans le bungalow, tandis que toute sa petite famille était en train de bronzer de se baigner, de jouer au volley, mais il n’aimait pas vraiment la plage bondée de monde… Sa sœur lui proposa maintes fois un tennis, il finit par accepter, mais la chaleur était épuisante, et sa sœur 2ème joueuse mondiale, lui mettait toujours des raclées, il avait beau jouer bien, car il était doué dans tous les sports, il ne faisait pas le poids, car il jouait que trop rarement. Il ne connaissait personne ici, il était tout simplement nouveau, les gens ne lui adressaient pas le moindre sourire, à vrai dire, il aurait préféré l’accueil chaleureux de Londres et de Manchester malgré la froideur du climat, tandis qu’ici c’était le contraire. Il ne s’ennuyait pas, il avait porté tout ce qu’il pouvait le distraire, mais la vue d’une connaissance commençait à lui manquer, il ne cherchait même pas à draguer toutes les jolies filles en bikini, il n’était pas d’humeur, et puis façon, il y avait tellement mieux qu’un garçon blond aux yeux bleus, typique du nord, peu bronzé, aussi fin qu’une allude, on racontait qu’il y avait la star du football portugais, Mateo Aveiro, et bien d’autres encore.

C’était une belle soirée, encore une fois, Luka se sentait bien seul, mais ne le démontrait pas. Son père s’inquiétait, mais de même il ne montrait rien. Ils allaient continuer longtemps ce petit jeu, c’était certain. Lorsque son père vint frapper à la porte de sa chambre pour lui demander de venir manger, il constata qu’il s’était éclipsé et avait laissé un mot : ‘Je n’ai pas faim.’ En réalité, il avait faim, c’est pour cela qu’il allait au restaurant, manger, une nouvelle fois seul, mais tranquille. L’ambiance était très calme et posée, il y avait une légère musique de fond douce, qui berçait lentement Luka, il n’était pas des plus présentables, en maillot short, et t-shirt bleu pâle, mais il se sentait bien ainsi. Il marcha lentement dans le restaurant vérifiant qu’aucune personne de sa famille ne s’y trouvait, quand il trouva, la dernière personne qu’il pensait trouver ici, mais qui réussit rien que par sa présence à lui arracher un admirable sourire, comme une bouffée d’air frais, et reconnaissant ce dos fin et halé, auquel il avait déjà eu affaire, baladant ses mains dessus, il s’empressa de venir rejoindre la femme qui lui avait fait un drôle d’effet le jour de son départ, à un restaurant, également. Sans lui demander son autorisation, voyant qu’elle était bien seule, il s’assit en face d’elle, sans dire un mot, juste en la contemplant. Elle prit d’ailleurs la parole, et avant de se lancer lui aussi dans une discussion, ses traits s’adoucirent une nouvelle fois, laissant place à un sourire mi-amusé, mi- charmeur :


« Bonsoir Kim. C’est flatteur, mademoiselle O’Connor, je ne m’attendais pas non plus à ce que vous connaissiez mon si court prénom. Je ne me lasse pas d’admirer la grâce dont vous faites preuve ! »


Convenances et bonnes manières, voilà que Luka jouait la carte du jeune homme bien élevé, alors qu’il était un peu plus tôt très énervé. La jeune femme avait un grand pouvoir sur lui, rien qu’à voir la façon dont il avait soudainement viré de bord. Puis dans un élan de bonté et se comportant tel un gentleman, il ajouta :

« Puis-je vous offrir le diner que vous allez commander ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Quel plasir de te revoir. On fait la même chose ? [ <3 ]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» crême fraiche et beurre
» Quel département préférez-vous
» De quel papillon suis-je la chenille ?
» Bouc qui fait du lait
» Quel est cet insecte?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Camping Le Paradise :: Camping "Le Paradise" :: Restaurant-
Sauter vers: