Camping Le Paradise

Saint Tropez. Paysage digne des plus belles cartes postales. Venez passer un été de folie au camping Le Paradise
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Aéroport et famille![R]

Aller en bas 
AuteurMessage
Mateo Aveiro

Mateo Aveiro

Nombre de messages : 218
Age : 28
Holiday's Love : Drew. And SEX LOVE WITH OTHERS!
Emplacement : B4
Humeur : Cool
Date d'inscription : 21/04/2008

Summer Attitude
RelationShip:
Are you relax ?:
Aéroport et famille![R] Left_bar_bleue10/10Aéroport et famille![R] Empty_bar_bleue  (10/10)

Aéroport et famille![R] Empty
MessageSujet: Aéroport et famille![R]   Aéroport et famille![R] EmptySam 26 Avr - 19:44

Aéroport et famille![R] Ron224pp Aéroport et famille![R] Th_00306_cristiano_7_122_1058lo


"I believe I can fly
I believe I can touch the sky
I think about it every night and day
Spread my wings and fly away
I believe I can soar
I see me running through that open door
I believe I can fly
I believe I can fly
I believe I can fly."




« Votre attention s’il vous plait, nous vous prions d’attacher vos ceintures, nous allons arriver à destination. »


Cette voix éveilla brusquement un jeune homme endormi contre la vitre, la joue collée au hublot. Il n’avait pas de marque sur la joue bien entendu, et pourtant…constatez avec horreur qu’il avait les traits tirés et fatigués. Que lui arrivait-il à ce jeune homme ? Une fatigue de fin d’année, tout simplement, mais elle allait bientôt se terminer, s’envoler, pour laisser place à des vacances magiques et luxueuses comme depuis tant de temps. Il inspira fortement, en s’étirant du mieux qu’il pouvait, et regardant Drew à côté de lui, qui possédait un sourire mesquin et amusé aux lèvres, il s’attarda sur les gens de l’aéroport, qui le dévisageaient. Il mit alors ses lunettes de soleil, et s’en suivit un large sourire, en se radossant à son siège. L’atterrissage se passa sans problème, du moins pour le jeune homme, car pour d’autres, qui étaient cramponnés à leur siège, c’était une autre paire de manches. Il éclata d’ailleurs de rire, lorsqu’il entendit une prière, de la part d’un vieux bonhomme, le teint pâle, et les cheveux gris, qui faisait bien plus que son âge réel. Son téléphone sonna alors. Sentant sa poche vibrer, il se contorsionna pour voir qui appelait, en le sortant le plus vite possible de sa poche. Le cadran indiquait un appel d’un de ses coéquipiers. Il fit glisser d’un coup sec le slide de son téléphone, et il parla. Son coéquipier n’était autre que Wayne Rooney, un anglais plus que doué, et plus que connu dans le monde du football, il voulait savoir, s’il était bien arrivé à destination. Il n’eut que quelques minutes d’échange avec lui, car maintenant qu’ils avaient atterri, il se devait de sortir, et de se rendre à l’endroit où il récupèrerait ses bagages. Bien évidemment, toujours à l’affut, les journalistes l’attendaient à la sortie, et ils lui posèrent tout un tas de questions. Discrètement, il fit signe à sa copine de s’éloigner, car il ne voulait absolument pas, qu’ils se jettent sur elle. Il répondit alors à des questions bateau, du genre :

« Mateo, avez-vous de la rancœur par rapport à votre entraineur ? Êtes-vous contrarié de ne pas faire l’Euro ?
-Vous savez, je n’ai de compte à rendre à personne, mon sélectionneur a fait un choix qui le regarde, il a décidé de se priver d’un joueur, c’est ainsi, je ne peux rien y faire, il considère peut être que j’ai accompli une mauvaise saison, pourtant c’est la meilleure de ma petite carrière, actuellement. L’Euro, c’est tous les 4 ans, c’est génial comme compétition, mais je me plais toute l’année à jouer avec mes coéquipiers en Premier League, je ne vais pas me plaindre. »

Et ensuite, il signala que les entrevues étaient terminées, qu’il avait à faire. Mettant un bras par-dessus sa copine, qu’il rattrapa en chemin, ils se dirigeaient vers la réception des bagages, et il s’empressa de regarder où se situaient les leurs. Il mit peu de temps à les trouver, ils étaient ensemble pour une fois. Il passa la plus petite valise à sa copine, et mit sur un chariot qu’il avait pris au préalable, le reste, car la plus petite des valises roulait. Et alors qu’il commençait à faire rouler le chariot, on le réprimanda, car il avait failli foncer dans une personne. Cette personne n’était pas n’importe qui, il l’avait rencontrée l’année dernière, et tous deux partageaient un énorme secret, qui ne serait révélé à personne, sauf si nécessaire, mais apparemment, il ne devrait pas avoir ce problème.

« Salut cousine ! Je te présente Drew, ma…copine ! Drew voici ma cousine Hannah, je ne t’en ai jamais parlé parce que je l’ai appris l’année dernière !»

Il marqua un temps d’arrêt, il ne savait pas pourquoi d’ailleurs, mais c’était la première fois que Drew allait arriver au camping, et il n’en n’avait parlé à personne. Ca pouvait paraître offensant, mais venant de Mateo, on pouvait le comprendre, vu que c’était une relation non exclusive. Le jeune homme sourit à sa cousine, et très content de la revoir, il la serra dans ses bras. Ca faisait toujours plaisir de retrouver des têtes connues. Et il se plut à poser une question, un sourire taquin aux lèvres :


« Alors ? Que racontes-tu ? Ton couple avec Eric bat toujours de l’aile ? »

Il se plaisait à la taquiner, mais voyant que Drew semblait totalement désintéressée par sa cousine, elle lui prétexta qu’elle voulait acheter des magasines. Et c’est alors qu’il la vit s’éloigner, quelque part ça arrangeait les cousins, car ils pouvaient parler en toute liberté, mais il regarda tout de même vers où elle s’éloignait, on ne savait jamais, un homme lui avait peut être donné rendez vous. Vous avez dit jaloux ?

[désolée...
Embarassed ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hannah Delaney
Hannah-Morphosis • Vodkaddicted
Hannah Delaney

Féminin Nombre de messages : 393
Age : 31
Holiday's Love : He's gonna be there soon (L)
Emplacement : B3
Humeur : Excited
Date d'inscription : 21/04/2008

Summer Attitude
RelationShip:
Are you relax ?:
Aéroport et famille![R] Left_bar_bleue10/10Aéroport et famille![R] Empty_bar_bleue  (10/10)

Aéroport et famille![R] Empty
MessageSujet: Re: Aéroport et famille![R]   Aéroport et famille![R] EmptyDim 27 Avr - 1:24


Aéroport et famille![R] Bgmac10lil_lovestoned Aéroport et famille![R] Bgmac9lil_lovestoned
(c)lillovestoned
She's gonna pack her bags
She's gonna find her way
She's gonna get right out of this
She don't want New York
She don't want L.A.
She's gonna find that special kiss
She don't want no sleep
She don't want no high
Oh, like peaches 'n' cream
She's gonna wish on stars and touch the sky
Ah, you know what I mean



Un camion-poubelle s’arrêta juste en dessous de la fenêtre du premier étage, à gauche, du 10, Shaftesbury Avenue, London, UK. Il était 5h45, et depuis deux semaines c’était l’heure à la quelle était réveillée la jeune Delaney, qui était revenue dans la capitale pour les vacances, enfin plutôt le début de ces vacances. C’était certainement la dernière fois qu’elle les passait avec ses parents, d’ailleurs. En effet, la belle avait déjà un appartement qui l’attendait un peu plus loin dans un quartier bohème de la plus belle ville d’Angleterre. La jeune femme allait commencer sa vie professionnelle d’ici peu, mais en attendant elle allait s’envoler pour un mois de repos bien mérité, tous frais payé, dans le Sud de la France. Elle allait pouvoir oublier tous ses soucis, renouer avec ses meilleurs amis de vacances et revoir Eric. En tous cas elle espérait qu’elle allait revoir le jeune homme car l’année précédente, il lui avait tout bonnement posé un lapin, comme on dit. Elle allait lui demander des explications, et il allait avoir besoin d’une bonne raison pour qu’elle le pardonne, d’au moins ne pas l’avoir prévenu. Le jeune Livingston était plutôt du genre à oublier qu’il avait un portable, ou en tous cas qu’il avait le numéro d’Heaven, et ne lui passait jamais de coup de fil. As avait un peu l’impression qu’il se payait sa tête, mais peu importe. On verra bien comment se passera cet été et essayons de ne pas se prendre la tête avant même d’avoir mis les pieds chez les mangeurs de grenouille. Hannah se leva, réchauffée par les rayons de soleil qui filtraient à travers des rideaux parfaitement propres. Elle s’empara des lunettes de soleil qui traînaient sur sa table de nuit et se dirigea vers son immense terrasse et contempla un Londres à peine éveillée et orangée par l’aube.

Un peu plus tard, la voilà à bord de la jolie voiture de papa, une hybride de chez Toyota, bien évidemment, elle avait pris pas mal de temps à émerger, ce qui contrastait avec le temps record qu’elle avait mis à se préparer. A vrai dire, c’était comme cela tout les jours, donc rien de choquant en cette journée de départ en vacances. Elle s’était vêtu assez sobrement, un jean slim gris True Religion, et un haut Isabelle Marrant à rayures noires et blanches. Ses cheveux étaient encore mouillés et éparpillés sur l’appuie-tête arrière de la voiture, et dans quelques heures, elle les attachera en une queue de cheval lâche. Ses lunettes de soleil griffées Wayferer trônaient encore et toujours sur son petit nez, et sa mère n’arrêtait pas de la harceler de questions. C’était son truc à elle, plus bavarde, tu meurs. A l’aéroport, elle failli faire un procès au personnel de la compagnie aérienne qui lui a carrément demandé d’enlever ses chaussures pour passer le portique de sécurité. Nan mais je rêve, j’ai autre chose à foutre que cacher une lime ongle dans mes Michael Kors ! pensa-t-elle. Elle s’était bien retenu de faire part de ses pensées au douanier, sinon elle allait finir par écourter son séjour… Dans l’avion rebelote, alors pour ne pas subir les interrogatoires incessants de sa mère, elle mit en route son ipod, et ne fut plus dérangée une seule seconde. Elle a même failli s’endormir jusqu’à ce qu’elle fut réveillée par une hôtesse lui indiquant la fin du vol et donc qu’il fallait boucler sa ceinture. Très vite elle se retrouva à récupérer ses bagages avec des tas d’autres personnes qui ne s’étaient pas lavés depuis trois jours. Toujours ses écouteurs accrochés à ses oreilles, elle ne vit pas, en reculant, qu’elle allait percuter quelqu’un. Et quel fut ce quelqu’un !

Elle se retourna prêt à engueuler l’inconnu lorsqu’elle reconnut le jeune homme. Le méditerranéen n’était autre que son cousin, éloigné il est vrai, mais Hannah le considérait comme son frère. Frère avec qui elle a faillit faire l’amour mais ça c’est une histoire que nous éviterons de mettre sur le tapis. Une petite blonde qui faisait bien une tête et demi de moins que la grande brune accompagnait Matt, et celle-ci la regarda d’un air dédaigneux. Heureusement que la dénommée Drew s’éloigna, ainsi, en lançant un sourire à la blondinette, Hannah put rester seule avec son cousin adoré. En le prenant par le bras pour l’emmener loin de sa mère et son amas de paroles, elle remarqua un photographe coincé derrière une plante, certainement en train d’attendre « LE » scoop de l’année, à savoir, « Mateo Aveiro trompe sa copine avec une grande brune ! ». Qui n’est autre que sa cousine, ajouta Hannah à sa pensée précédente. Enfin bref, il fallait bien qu’il gagne leur vie, alors la jeune fille leva discrètement son majeur en direction du paparazzo. La question du jeune homme la fit légèrement tiquer, puis en le regardant, elle comprit qu’encore une fois ce n’était que du sarcasme provenant de ce cher Aveiro. Alors pour le provoquer, elle ne put s’empêcher d’y répondre par une autre question.


Et tu as pêché une nouvelle groupie à ajouter à ton fan-club ? Dit-elle en riant. Elle ponctua cette remarque acerbe d’un petit calin afin qu’il ne prenne pas mal sa remarque. Mais le jeune homme semblait être occupé à regarder dans la direction où sa copine était partie. Alors comme ça, tu es amoureux ? Je n’aurais jamais pensé ça possible venant de toi ! Et pour répondre à ta question, sache que Livingston semble avoir oublié mon numéro, donc si jamais il semble également avoir oublié –encore une fois- l’existence du camping, je te donnerais rendez-vous dans une des douches du camping (a).


[Encore plus désolée Embarassed je ferais mieux au prochain, je te le promets I love you

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chocolateed.livejournal.com
Mateo Aveiro

Mateo Aveiro

Nombre de messages : 218
Age : 28
Holiday's Love : Drew. And SEX LOVE WITH OTHERS!
Emplacement : B4
Humeur : Cool
Date d'inscription : 21/04/2008

Summer Attitude
RelationShip:
Are you relax ?:
Aéroport et famille![R] Left_bar_bleue10/10Aéroport et famille![R] Empty_bar_bleue  (10/10)

Aéroport et famille![R] Empty
MessageSujet: Re: Aéroport et famille![R]   Aéroport et famille![R] EmptyMar 29 Avr - 16:43

Il pensait bien souvent aux gens qui avaient peur en avion, il avait un coéquipier qui stressait comme 50 à chaque fois qu’il prenait l’avion, et souvent ils charriaient avec cela, le pauvre défenseur qui ne pouvait que se résoudre à écouter les sarcasmes de ses compagnons. Mais ici, Mateo avait voyagé seul, et non pas en tant que milieu vedette de Manchester, il était en vacances, tandis que certains étaient à l’Euro. Bien qu’il aime son métier, il mesurait sa chance d’avoir des vacances avant l’heure, surtout qu’elles étaient écourtées jusqu’à fin juillet, à cause d’une reprise des entrainements, mais étant tranquilles, il se voyait déjà faire les allers-retours pour prolonger ses petites vacances bien méritées. Ce camping était toute son adolescence, il avait fait de nombreuses conneries, des rencontres en tous genres, et même mieux, il s’était fait une famille là-bas. Il ne gardait que des bons souvenirs, c’était chez lui.

Pour la première fois, il y avait amené Drew, il était persuadé qu’elle allait chipoter, mais c’était important pour lui, car même si il ne démontrait rien de tout ça, il était tout de même attaché à elle, et en quelques années maintenant qu’ils étaient ensemble, il ne lui avait ouvert les portes que de sa maison, restant assez loin de son univers, sauf le football, mais ça, c’était en comptant qu’elle aime le football, et il pensait qu’elle y allait seulement pour lui faire plaisir, et pour se montrer à dire qu’elle était sa copine. Enfin bon lui aussi avait des défauts.

Le voyage en avion avait été très court pour lui, car ne voulant pas subir un questionnaire prononcé de la part de sa copine, ou d’une personne qui l’aurait reconnu, il s’était endormi pour ne pas être dérangé, bien que de temps à autres, il avait bel et bien entendu sa copine feuilleter des magazines, surement de mode, il n’y avait que ça et les beaux mecs qui intéressaient les femmes (a). Il n’avait pas bougé pour autant, et était resté collé à sa vitre comme si c’était la chose la moins honteuse, encore heureux qu’il n’ait pas fait semblant de baver, ça aurait été le gros cliché.

La valise de Mateo, contre toute attente, était la plus lourde des valises qu’ils avaient emmenées. Ils avaient pris une dernière valise pour mettre des choses communes, mais la valise de ce dernier était extrêmement bourrée, et il avait d’ailleurs peur que celle-ci s’ouvre en plein aéroport, donnant un champ de vision extraordinaire, aux paparazzis sur ses caleçons, paires de chaussettes, et autres vêtements. Encore il n’y avait pas de quoi avoir honte, les préservatifs, eux étaient bien cachés. Nonchalamment, il marchait aux côtés de sa copine, et pas main dans la main, toujours à cause de la célébrité, ça en devenait dérangeant, mais pas pour lui, qui avait l’habitude à présent. De temps à autres, il entendait ses coéquipiers prêts à taper les paparazzis qui s’approchaient trop d’eux, lui leur répondait que le mieux était de les ignorer ou de faire en sorte qu’ils ne veuillent pas s’approcher un peu trop près de vous.

C’est donc ce qu’il avait fait aujourd’hui, après le départ de Londres, cachant sa petite amie aux yeux de tous, il s’était empressé de faire comme si elle n’était qu’une amie ou quoi, pas de gestes tendres, pas tant qu’ils ne seraient pas arrivés, car étant très sélect, il était très difficile à un paparazzo de rentrer au camping de St Tropez, et encore plus dur de s’infiltrer dans le bungalow d’une star. Mais bon ce n’était qu’une once de possibilité, et il avait hâte d’arriver. Tellement hâte, qu’il faillit percuter sa cousine, il était très content de la revoir, ça lui permettait de faire un break, relâcher un peu la pression. Drew était partie voir ailleurs, non pas qu’elle veuille les laisser tranquille, plutôt qu’elle commençait à jalouser terriblement, et qu’il ne fallait pas qu’elle se trouve entre eux, mais Mateo avait l’habitude, elle perdrait évidemment très rapidement toute envie de bouder.

Il dit vaguement bonjour à sa tante qui commençait déjà à déblatérer disant qu’il était beau jeune homme, et autres choses dans le genre. Il lui accorda alors un mince sourire, et s’éloigna avec Hannah, et il put voir derrière une plante, où ils se planquaient, ces très chers paparazzis, ou plutôt, le seul et unique paparazzo qui n’avait pas abandonné. La jeune Delaney savait exactement à quel jeu jouer avec lui, et le joli sourire qu’arborait Mateo se transforma en un tirage de langue monumental et juste après cela il répondit :


« Elle est une groupie de longues dates alors ! Ca fait plus de trois ans que nous sommes ensemble ! » Après le câlin de sa cousine, il éclata de rire, et ajouta : « Même pas la peine de me consoler tu vois, parce que ça prouve que j’ai du succès, là où tu n’en as pas ! » Ce fut alors à son tour de la cajoler, car il se plaisait à l’emmerder. Mais il faillit s’étouffer de rire, quand elle lui fit une seconde remarque, il éclata si fort de rire que tout le monde se retourna, tandis que lui était plié en deux. Se reprenant comme il pouvait, faisant attention à ce que Drew ne soit pas dans les parages il murmura à l’oreille de sa cousine : « Bonne blague ! Tu me vois moi amoureux ? » Reprenant sa voix habituelle, il ajouta : « Sincèrement, les poules auront des dents quand cela arrivera ! Je suis jeune et toute la vie est devant moi ! Désolé pour Livingston, en même temps, il porte très bien son nom, il est Space comme type ! Mais dis-moi tu en redemandes en plus ? Je vois que les douches, c’est ton truc ! Mais bon je ne tiens pas à être qualifié par ta mère de garçon de mauvais genre, et incestueux ! »

Jetant un regard au paparazzo qui se mit soudainement plus bas que terre, il remarqua que l’appareil ne cessait de cliqueter, il était en train de prendre des photos, il s’en foutait, il n’avait rien à se reprocher, c’était sa cousine ! Drew était toujours dans le kiosque à priori puisqu’il ne la voyait pas, et finalement il reporta son attention sur sa cousine, en plaisantant toujours :


« A ce que je vois, on peine à se séparer de sa mÔman chérie ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Aéroport et famille![R] Empty
MessageSujet: Re: Aéroport et famille![R]   Aéroport et famille![R] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Aéroport et famille![R]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» famille des acacias, mais???
» la ptite famille d'orchidées
» Développements majeurs à l’Aéroport de Bagotville/Saguenay
» L’aéroport Montréal-Trudeau performant devant les intempéries
» L'aéroport de Burlington

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Camping Le Paradise :: Saint Tropez :: Saint Tropez-
Sauter vers: